Lettre ouverte

Lettre ouverte à Monsieur Van der Maelen, représentant.

 

Cher Monsieur,


La Belgian Air Force Association est une association qui représente tout le personnel de la Force Aérienne, en activité ou pensionnés, volontaires, sous-officiers et officiers.
Comme président de cette association, je considère qu’il est nécessaire de vous faire part des considérations suivantes suite à la campagne anti force aérienne que vous avez menée récemment.
Au contraire de votre réaction instantanée et sans fondement j’ai tenu à attendre les résultats de l’enquête et de m’abstenir de toute spéculation.
Comme expert de votre parti politique dans le domaine de la défense nationale vous savez naturellement que depuis 1999 notre force aérienne est continuellement engagée pour défendre les valeurs de la démocratie, là où nos politiciens élus démocratiquement le trouve nécessaire. Des jeunes hommes et femmes de vingt, vingt-cinq ans effectuent des tâches éminemment dangereuses avec une maturité admirable, de la discipline et du respect pour les populations civiles et ce, loin de chez eux et loin de leur famille et ils le font avec la règle primordiale suivante « When in doubt, there is no doubt ». Ceci veut dire que s’il y a le moindre doute, la mission est interrompue.
Pendant vingt-huit jours nos homme et femmes ont effectué des missions de guerre au Kosovo avec respect pour la population civile
En Afghanistan, ces mêmes jeunes hommes et femmes ont assuré le support aux troupes au sol et ont combattu les Talibans sans victimes civiles connues.
L’intervention en Lybie a été réalisée avec une efficacité identique, ici aussi avec respect pour les civils.
Dans la guerre contre Daesh en Irak et en Syrie encore, nos gens opèrent avec les mêmes règles et des procédures strictes dans un environnement extrêmement dangereux, contre des adversaires impitoyables et que rien ne rebute. Ils pourraient pour cela bien mériter le support de la mère patrie.
Je suis donc étonné, vous qui êtes certainement au courant ou vous devriez l’être, d’avoir dès la première information de nombreuses victimes civiles suite possible d’une action de la coalition (qui opère plusieurs forces aériennes) ou peut-être d’une action d’IS elle-même, vous avez immédiatement pointé un doigt accusateur vers nos gens. Ils étaient quelque part dans la zone, donc coupable. Pas attendu un jour, sans vérification, sans argumentation étayée par des faits et quand même accusé nos gens. Etait-ce par souci d’équité ou était-ce une façon de récolter des votes à bon compte aux dépens de l’honneur de la profession de ces jeunes gens qui servent leur pays en mettant leur vie en danger ?
Pour étayer ces accusations vous ne vous êtes pas basé sur des faits établis mais bien sur des statistiques. Oui, des statistiques qui déterminent qu’il serait improbable qu’autant d’opérations seraient effectuées et que ce serait sans victimes civiles
Des statiques qui concluent que x pourcents des opérations aériennes mondiales s’accompagnent de y pourcents des victimes civiles. Des statistiques qui restent des statistiques et ne sont pas des faits.

Même si je souhaitais répondre immédiatement à votre intervention diffamatoire, j’ai, comme il s’entend, quand même attendu.
Actuellement les faits montrent que vos statistiques sont dépassées, infirmées et il est démontré que les pilotes belges se sortent innocentés de cet incident.

Je pense donc aussi monsieur Van der Maelen, qu’il serait équitable et approprié  que vous présentiez vos excuses publiques à toutes ces personnes que vous avez accusées à tort. Vous avez porté préjudice à leur travail et leur dévouement de manière extrêmement injuste, mais vous avez aussi avec beaucoup de légèreté et injustement placé notre pays sous un éclairage erroné et donc peut-être réveillé des chiens dormants.
En porteriez-vous éventuellement la responsabilité ?

G Vanhecke
Lt Gen Avi  Ir (er)

Président de la BAF Association

 

haut de page